-
Blog
-

20.02.2021

Grande nouvelle!

Il y a un an, nous n'aurions jamais pensé qu'un projet aussi imposant puisse devenir réalité. Cependant, nous avons été surpris et nous avons contribué à un soutien énorme. En effet, les orphelins disposent désormais d'eau courante et potable !

Grâce à votre aide, nous nous sommes rapprochés d'un pas de plus vers notre objectif. Il s'agit d'un pas vers un avenir meilleur !

Merci!

08.02.2021

Dhirendra et Sarita, tous les deux âgés de 19 ans, sont les premiers de leurs frères et sœurs à pouvoir aller à l'université.

Dhirendra a inspiré ses frères et sœurs en obtenant une bourse d'études en ingénierie. Il est enthousiasmé par ces sujets et par le soutien qu'il reçoit de l'autre bout du monde.

Après un voyage de deux mois à la campagne, Sarita est revenue chez elle à Kathamndu, où elle a décidé d'étudier après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires. Avec une forte volonté de réussir, elle a immédiatement commencé un programme de gestion en janvier à l'"école laboratoire".

Toutes deux espèrent un avenir meilleur tout en faisant ce qu'elles aiment.

23.12.2020

Cependant, nos enfants au Népal n'ont jamais eu droit à des cadeaux de Noël jusqu'à cette année. Avec VOTRE aide, nous pourrons offrir à chaque enfant une paire de chaussons de maison, des vêtements chauds et l'accès à l'eau courante dans leur maison.

Nous n'en sommes qu'au début de notre mission et nous espérons que vous continuerez à nous soutenir. Aidez-nous à leur créer un avenir brillant et gardé !

06.12.2020

2020 a été une année pleine de surprises : terminons-la par une surprise éclairante pour nos orphelins au Népal !

Notre objectif pour ce Noël n'est pas seulement d'installer des canalisations d'eau performantes, mais aussi de réaliser un souhait par enfant.

Visitez le lien en bio pour nous aider à créer un avenir meilleur en partageant un sourire de votre pays au Népal.

01.12.2020

Le petit déjeuner est servi !

Depuis peu, les enfants portent un toast le matin avec de la confiture ou de la margarine. En général, ils boivent du lait chaud ou du thé local avec. Tout est préparé tôt le matin par Bandanaa Rai et Dalli, qui cuisinent pour les enfants tous les jours !

21.11.2020

C'est l'heure de la fête !

Dhirendra (à gauche) donne sa bénédiction à Saileja (à droite) lors de la dernière fête.

"Grâce à nos donateurs, nous avons pu célébrer Tihar - la fête des lumières - pendant 5 jours. Nous avons honoré nos chiens, mangé beaucoup de nourriture de fête, dessiné un rangola coloré (4e photo) et allumé de nombreuses bougies dans l'obscurité.

Après des matinées exhaustives de cours en ligne, nous avons pu nous joindre à Momma Samsohang (femme en rose vénérant le chien) pour célébrer joyeusement. Les 5 jours de culte sont destinés à ressentir de la force, à obtenir de la générosité et à attirer la bonne chance pour l'année à venir".

- les enfants de "Sharing A Smile

27.10.2020

Bada Dashain est la plus longue fête hindoue du Népal, traditionnellement célébrée pendant deux semaines avec des prières et des offrandes à Durga, la déesse mère.

En plus du culte de la déesse Durga, les enfants et leurs gardiens organisent des célébrations, pour la fertilité de la terre et une année de bonne récolte.

Dashain souligne également l'importance de notre grande famille. Toutes les agences gouvernementales, les écoles, les magasins et autres secteurs publics sont fermés pendant cette période de fête afin que toute la famille puisse profiter pleinement de cette période spéciale de l'année.

Avec leurs voisins, nos enfants ont commencé à faire la fête. Ils se sont déguisés, ont cuisiné, ri et dansé ensemble, ce qui rassemble encore plus cette famille en cette période extraordinaire.

21.10.2020

Devï fera don de 50 % de chaque chouchou entre aujourd'hui et samedi à l'association Sharing A Smile. Visitez la boutique Pop Up "escapade au Rajasthan" et prenez le vôtre !

Leurs heures d'ouverture :
Mercredi 21 octobre de 11h à 21h

Jeudi 22 octobre de 11h à 19h

Vendredi 23 octobre de 11h à 19h

Samedi 24 octobre de 11h à 18h

On se voit là-bas !

09.10.2020

Nous tenons à remercier tous ceux qui nous ont soutenus lors de notre vente de kniddel ! VOUS nous avez aidés ! VOUS avez changé leur avenir !

04.09.2020

Sur la gauche, vous pouvez voir Ramlaxmi Bhumi. Elle vient d'une famille de très basse qualité, le père et la mère travaillent toute la journée pour nourrir leur famille. En raison de sa passion pour les études et des terribles conditions de vie, elle a été envoyée à l'orphelinat pour soulager leur famille d'une partie du fardeau et pour réaliser son rêve d'aller à l'école.

À côté d'elle se trouve Puspa Budha. Ses parents se sont également battus pendant des années pour maintenir leur famille en vie. Comme les parents ne pouvaient plus subvenir à ses besoins, elle a également été amenée à l'orphelinat.

Rajani Nepali est la fille au pantalon bleu. Son père l'a quittée il y a de nombreuses années pour un travail en Inde et n'est jamais revenu chez lui depuis. Elle est arrivée à l'orphelinat à l'âge de 5 ans, lorsque sa mère ne pouvait plus s'occuper d'elle.

Santoshi Chantyal est la fille aux lunettes. Elle a elle-même été victime d'un attentat terroriste. Elle n'a pas été blessée, mais son père a subi de graves blessures dont il ne s'est pas remis jusqu'à aujourd'hui.

03.09.2020

RTL-INterview

Samedi, à 15h45, Sharing a Smile a eu l'honneur d'être en direct sur RTL Radio Luxemburg. Pour plus d'informations sur l'interview, cliquez sur le lien ci-dessous :).

02.10.2020

partenariat avec ready ?!

Nous sommes très heureux d'annoncer notre partenariat avec Ready?!Coffeeshop. Pour chaque Chai Latte acheté, 30 centimes seront reversés aux orphelins népalais !

01.10.2020

Kniddelverkaaf

Laissez-vous tenter par une portion de délicieux "Kniddelen". L'achat d'une portion de "Kniddelen" garantit six repas complets pour les orphelins du Népal. En outre, nous vendrons également des sacs de jute et des autocollants. Les enfants du Helpless Children Home vous remercient de votre générosité !

04.09.2020

Le coronavirus a eu un impact non seulement sur NOTRE vie quotidienne, mais aussi sur celle de nos enfants népalais préférés. Depuis quelques mois déjà, leur vie a été bouleversée par le confinement. A partir du 24 mars, la santé des enfants a été notre plus grande préoccupation, en plus de l'éducation. Après avoir organisé les médicaments et les thermomètres cliniques le plus rapidement possible, nous leur fournissons le matériel nécessaire pour poursuivre leurs études en ligne. 19 enfants de l'orphelinat fréquentent des écoles privées, tandis que les 18 autres vont dans une école publique. Les écoles publiques manquent de professeurs : c'est pourquoi un professeur enseigne à 50 enfants dans une classe et dans plusieurs classes en même temps ! Partager un sourire vise à offrir à CHAQUE enfant la même qualité d'éducation le plus rapidement possible. Nous nous engageons avec cœur et âme à aider les enfants à apprendre en leur donnant du matériel scolaire, allant des crayons aux appareils électroniques.

03.08.2020

Ces quatre garçons ont vécu de nombreuses expériences qui ont changé leur vie. Bhawan Malla (à gauche) n'a plus de parents. Sa mère est morte et son père est toujours porté disparu depuis qu'il est parti chercher du travail en Inde. Bivesh Sunwar, qui porte le maillot blanc, vient d'une famille très pauvre qui ne peut lui offrir un avenir brillant. Pareil pour son ami Prashant Paiyar (garçon avec les gants). Ils ont trouvé le chemin du Helpless Children Home afin d'avoir un avenir plus sûr. Yagraj Sunwar (garçon dans le fond) a perdu ses deux parents pendant la guerre civile et a été laissé seul pendant longtemps. Depuis lors, les quatre très bons amis étaient liés par un lien inséparable.

18.07.2020

En raison de la propagation rapide du covid-19 au Népal, les orphelins sont contraints de rester chez eux pour éviter de s'infecter et d'infecter leurs semblables. Ils disposent d'un seul téléphone portable avec accès à Internet, grâce auquel ils peuvent tous suivre des cours en ligne. Malgré tous les changements et le peu d'équipement technique, les enfants apprécient les cours en ligne.

04.07.2020

Voici Astha Dhami avec son petit frère Ayusha. Leur mère a été tuée pendant la guerre civile. Après sa mort, leur père a épousé une nouvelle femme et depuis lors, il a rejeté les enfants. Avec l'aide de parents, les enfants ont réussi à trouver un abri dans la maison. Depuis lors, le lien entre les deux est inséparable. Ils vont à la même école primaire que la plupart des autres et adorent danser.

29.06.2020

Nous voyons la pauvreté. Nous cherchons des solutions. Nous agissons. Nous partageons un sourire. Notre équipe est composée de 6 étudiants engagés qui aspirent à créer un avenir meilleur. Nous nous réunissons pour atteindre un objectif commun : aider les défavorisés en vous permettant de partager un sourire avec des orphelins de Katmandou.

24.06.2020

Voici Parbati Malla, une fillette de neuf ans. Elle est en cinquième année et va à la même école publique que la plupart des autres orphelins. Parbati n'a plus de parents. Tous deux sont morts pendant la guerre civile. Depuis lors, elle fait partie de l'orphelinat. Surtout pendant ces moments difficiles, elle aime divertir les autres enfants avec ses danses.

16.06.2020

Le Népal est l'un des pays les plus pauvres du monde, avec 45 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté. 50% des enfants népalais de moins de 3 ans souffrent d'un retard de croissance. Le pays est très peu immunisé en raison de catastrophes naturelles telles que les tremblements de terre, les inondations récurrentes et les glissements de terrain. Aucun hôpital du pays ne répond complètement aux normes antisismiques. Entre 100 000 et 200 000 personnes sont déplacées à l'intérieur du pays et ont difficilement accès aux soins de santé. En raison de la guerre civile, de nombreux problèmes structurels du personnel de santé apparaissent : l'absentéisme, le manque de supervision et les problèmes de la chaîne d'approvisionnement des régions éloignées sont exacerbés par le conflit violent. Depuis lors, seuls 27 % de la population ont accès à des installations sanitaires adéquates et 30 % n'ont pas accès à l'eau potable. Les principales causes de morbidité sont les maladies diarhoréennes, la dysenterie, le choléra et la typhoïde. L'un de nos objectifs est de fournir aux enfants sans défense du foyer les soins de santé nécessaires, en particulier pendant cette période difficile.

15.06.2020

Voici Asmita Sunuwar. Elle est née avec une seule main et, en raison de son handicap, ses parents, issus d'un milieu pauvre, ne pouvaient pas lui offrir les soins dont elle avait besoin. Elle a maintenant 4 ans et va à l'école Adinath.

04.06.2020

Devika Karki fait partie de l'orphelinat depuis plus de 10 ans. Elle a perdu ses deux parents pendant la guerre civile. Elle a maintenant 13 ans et fréquente la septième année d'une école publique. Devika aime cuisiner et s'occupe des plus jeunes.

04.06.2020

en partenariat avec la frëschkëscht

La Frëschkëscht a pris la généreuse décision de parrainer "Sharing a smile". Un premier pas de leur part est leur offre de payer un repas par semaine pour les enfants pendant deux semaines (à partir du 5. juin du 19. juin). Les orphelins reçoivent une assiette remplie de légumes, de produits laitiers, de riz, de viande et enfin de fruits. Une Frëschkescht contient autant de produits frais que les enfants vont bénéficier de ce partenariat. Achetez une boîte locale et saisonnière remplie de délices luxembourgeois au cours des prochaines semaines pour aider les orphelins népalais à mener une vie plus saine. Cliquez sur le lien ci-dessous pour soutenir ce projet !

Ici sont quelques photos afin d'illustrer leur magnifique projet :)

24.05.2020

Grâce à notre première campagne de collecte de fonds, nous avons pu fournir à l'orphelinat un grand repas par semaine comprenant des fruits et des légumes frais, des épices, du riz, du poulet, des biscuits, etc. En raison de la mousson actuelle, le bois utilisé pour chauffer les repas est tellement humide qu'ils ne peuvent plus l'utiliser pour cuisiner. Nous avons pu remplacer le bois humide en leur achetant des bouteilles de gaz. Pour la première fois depuis longtemps, ils ont enfin pu acheter des médicaments nécessaires contre la fièvre, la diarrhée et les maux de tête.

21.05.2020

Voici Sarswati Sunwar. Elle a 11 ans et fait partie de l'orphelinat depuis plus de 8 ans ! Son père a été gravement blessé pendant la guerre civile et est maintenant incapable de s'occuper de sa fille. Comme d'autres enfants de l'orphelinat, Sarswati a la chance d'avoir une éducation. Elle va à Adhinath, une école publique de Katmandou.

18.05.2020

FAQ about poverty

Frequently Asked Questions related to poverty

Although poverty is often discussed in terms of dollar amounts, quality of life is also part of the conversation. Living in poverty means a life of struggle and deprivation.

Children living in poverty often lack access to a quality education. Sometimes it’s because there’s not enough quality schools, their parents cannot afford school fees, or because impoverished families need their children to work. Without a quality education, children grow up being unable to provide for their own children — thus the generational cycle of poverty.

Living in poverty also means not being able to afford a doctor or medical treatment. It means no electricity, limited shelter, and often little to no food on the table. For young children, improper nutrition can mean stunting and wasting that permanently impact their development. In impoverished countries where many people lack access to clean water and sanitation, poverty means the spread of preventable diseases and the unnecessary death of children.

Historically, poverty has been calculated based on a person’s income and how much he or she can buy with that income, but new multidimensional measures are more holistic.

Since 2015, the World Bank has defined extreme poverty as people living on $1.90 or less a day, measured using the international poverty line. But extreme poverty is not only about low income; it is also about what people can or cannot afford.

Extreme poverty is identified in two ways: absolute poverty and relative poverty.

Absolute poverty is when a person cannot afford the minimum nutrition, clothing, or shelter needs in their country.

Relative poverty is a household income below a certain percentage, typically 50% or 60%, of the median income of that country. This measurement takes into consideration the subjective cost of participating in everyday life. For example, plumbing is a necessity in some places; without plumbing, a person could be considered impoverished. However, in other places plumbing is a luxury. Relative poverty is useful for considering income inequality within a country.

 

Poverty is measured by each country’s government, which gathers data through household surveys of their own population. Entities like the World Bank provide support and may conduct their own surveys, but this data collection is time-consuming and slow. New forms of high-frequency surveys using estimates and mobile phone technology are being developed and tested.

A poverty line, also called a poverty threshold, is the line below which it is difficult, if not impossible, to afford basic needs. The poverty line is determined in each country by adding up the cost of meeting minimum needs, such as food and shelter. Household incomes that are too low to afford minimum needs, such as food and shelter, are below the poverty line.

The income necessary to afford meeting minimum needs typically sets the poverty line for a country. Poverty lines can then be compared between countries. The international poverty line is the standard poverty line for measuring poverty globally. However, relatively new measures such as the Global Multidimensional Poverty Index include measurements of health, education, and living standards, all as signs of poverty.

The international poverty line, currently set at $1.90 a day, is the universal standard for measuring global poverty. This line helps measure the number of people living in extreme poverty and helps compare poverty levels between countries.

As the cost of living increases, poverty lines increase too. Since 1990, the international poverty line rose from $1 a day, to $1.25 a day, and most recently in 2015 to $1.90. This means that $1.90 is necessary to buy what $1 could in 1990.

In addition to the lowest-income poverty line at $1.90, the World Bank also reports poverty rates using two new international poverty lines: a lower middle-income line set at $3.20/day and an upper middle-income line set at $5.50 a day.

The root causes of poverty are not only lack of access to basic necessities of life like water, food, shelter, education, or healthcare. Inequities including gender or ethnic discrimination, poor governance, conflict, exploitation, and domestic violence also cause poverty. These inequities not only lead a person or a society into poverty but can also restrict access to social services that could help people overcome poverty.

The places most entrenched in poverty are fragile contexts, which can be entire countries or areas of a country. In fragile states areas, children and communities face higher rates of poverty due to political upheaval, past or present conflict, corrupt leaders, and poor infrastructure that limits access to education, clean water, healthcare, and other necessities.

Poverty can be a trap. For someone to get out of poverty, they need opportunities such as an education, clean water, medical facilities nearby, and financial resources. Without these basic elements, poverty becomes a cycle from one generation to the next.

If families are too poor to send their children to school, their children will have a difficult time earning an income when they grow up. If a community lacks clean water, women will spend much of their day fetching water instead of earning an income. If medical facilities are far away, a parent loses income every time they take a sick child to the doctor.

Natural disasters and conflict can add to the cycle of poverty or add people to it . When a natural disaster strikes an impoverished community without functional public institutions, families are more vulnerable and often lack basic resources to recover, thus further entrenching a community in poverty or jeopardizing one that had recently emerged.

We can help end global poverty by identifying what is causing poverty in a particular community and then determining what needs to change. Because poverty looks different in various places and is caused by different factors, the work to eradicate global poverty varies on the context.

World Vision works with a “Theory of Change” for each community. In partnership with the community members, we determine the desired outcomes for that community and identify key steps to reach that outcome. The desired outcomes might be the same for many communities, but the path to get there depends on the context and the resources available.

Perhaps infrastructure needs to be improved with new schools, medical clinics, or access to clean water. Or maybe, people need more economic resources to help boost their income so they can better provide for themselves and their families. Regardless of the solution, in order to ensure poverty doesn’t return, the work must be sustainable. So, the community must be involved in each step.

To end extreme poverty, the U.N. estimates that the total cost per year would be about $175 billion, less than 1% of the combined income of the richest countries in the world.

worldvision.org 

16.05.2020

Dalli est une jeune femme puissante de 25 ans qui gère la cuisine de l'orphelinat. Elle ne fait pas seulement la cuisine pour tous les enfants, mais elle aide également le couple qui a construit l'orphelinat à s'occuper des enfants. Elle a rejoint le Helpless Children Home il y a cinq ans. Elle s'est mariée à l'âge de 16 ans et a donné naissance à deux enfants. En raison du décès soudain de son mari, elle a été affiliée à l'orphelinat.

15.05.2020

Notre boutique est en ligne ! Découvrez nos produits!

Bien entendu, tous les bénéfices vont directement aux orphelins du Helpless Children Home au Népal.

11.05.2020

Le voyage de Vero

Une courte vidéo montrant le séjour de Vero au foyer "Helpless Children Home" au Népal. Même si la plupart des enfants ont perdu leurs parents, ils parviennent toujours à garder un si grand sourire sur leur visage. Et maintenant, c'est devenu notre mission de garantir ce sourire. Nous pouvons aider chaque enfant en leur fournissant de la nourriture, des soins de santé et une éducation ! Nous devons faire le premier pas et aider ces enfants qui ont vraiment besoin de nous! Parce qu'en fin de compte, nous sommes tous les des humains, ayant les mêmes droits ! Et chaque enfant a le droit à l'éducation. Faisons en sorte que cela se réalise !

10.05.2020

Merci!

Nous remercions toutes les personnes ayant effectuées des dons afin de garantir une alimentation saine et équilibrée aux orphelins de "Helpless Children Home" au Nepal. Vous êtes adorables.

08.05.2020

Un vide dressing qui sauve des vies

Cherchez-vous des vêtements de qualité et d'occasion afin de remplir ou d'embellir votre garde-robe tout en faisant quelque chose de bien pour notre planète ? Ou encore souhaitez-vous vendre vos habits en ligne de façon rapide et durable ? Alors le vide dressing "sharingyourclothes" sur Instagram est le bon choix.

Pour plus de d'informations sur les articles à vendre et sur les formalités de participation veuillez cliquer sur le lien en dessous ! 

Bonne chance !

07.05.2020

L'anniversaire de Buddha jayanthi (fondateur du bouddhisme) est une fête bouddhiste, l'une des plus grandes célébrations tout au long de l'année de la population népalaise car ils croient que Bouddha est né à Lumbini, au Népal. Les célébrations ont lieu chaque année lors de la première pleine lune de Vaisakha, un mois du calendrier hindou. Même les enfants du foyer Helpless children se sont rendus dans un temple bouddhiste pour célébrer cette occasion spéciale et ont mangé au restaurant pour une fois. Ils portaient des masques et se tenaient à distance autant qu'ils le pouvaient.

03.05.2020

Nos bénéficiaires ont reçu avec succès notre premier don à Katmandou, où ils ont acheté de la nourriture saine, notamment du riz, des légumes et des haricots. Tout le monde aide à la préparation des aliments, par exemple en cuisinant et en servant le repas. La première vidéo montre une jeune fille écrasant des herbes pour cuisiner un repas. Avant chaque repas, les enfants remercient Dieu pour leur nourriture en chantant une petite prière.

17.04.2020

N'oubliez pas de jeter un regard à nos réseaux sociaux 

11.04.2020

Bien que ces enfants soient en quarantaine depuis 18 jours déjà, ils essaient toujours de trouver des moyens de s'occuper. Certains d'entre eux passent leur temps à jouer au badminton ou à regarder la télévision. Ils portent toujours leur masque, même lorsqu'ils sont enfermés à la maison, et tout le monde attend avec impatience que tout soit terminé.

19.03.2020

Cette gentille fille a perdu son père dans un accident il y a un an. Depuis, Simritu Budhathoski a pu appeler l'orphelinat sa maison. Elle fréquente maintenant l'école publique de sa nouvelle ville natale.

27.02.2020

La petite princesse à gauche s'appelle Aaryana Samsohang, dont la mère est morte en lui donnant naissance. A l'âge de 9 mois, elle a eu la chance d'être adoptée par la charmante famille qui possède l'orphelinat. Cependant, lorsqu'elle est arrivée, sa santé était dans un état déplorable. Elle n'avait qu'une chance sur deux de survivre, mais après trois mois de soins et d'amour intenses, Aaryana s'est rétablie.

23.02.2020

Il y a 14 ans, un couple a ouvert un orphelinat pour s'occuper de 37 enfants adorables. La plupart d'entre eux, ayant perdu leurs parents dans une guerre civile dans l'ouest du Népal, avaient un besoin urgent d'un foyer aimant.

Sunitaa, une femme au cœur chaleureux, s'occupe de ces enfants comme le ferait une mère. Elle leur fournit nourriture et abri, faisant de leur sécurité sa priorité numéro un.

07.02.2020

Nous nous engagerons dans des activités de collecte de fonds afin d'augmenter l'aide et de donner aux habitants des pays développés la possibilité de partager un sourire d'un continent à l'autre, en pouvant choisir le projet qu'ils soutiendront et en étant informés des mises à jour de chaque développement. En commençant par Katmandou, au Népal, nous voulons améliorer les conditions de vie de certains orphelins.

fr_FRFR